Accueil > Docus > Projet : triptyque Belgolianisme / La congolitude des Belges / Rire au (...)

Projet : triptyque Belgolianisme / La congolitude des Belges / Rire au musée

lundi 11 janvier 2021

//Work in Progress // en 2020-2021, je m’attèle à un vieux projet : parler des héritages coloniaux vécus, ressentis, documentés, qui selon moi influencent fortement les Belges et leur société. Je tente cette "lecture blanche" de notre colonialisme et questionne des faits humains, leur transmission voire leur utilisation au XXIe siècle. Quels sont les affects, quel est l’abject, qui relient les Belges blancs au projet colonial de notre pays ?

Synopsis provisoire du triptyque documentaire de 3x30’ :

Le triptyque s’entretient avec de multiples voix de notre mémoire coloniale. Leurs petites histoires parlent de nous, les Belges. De notre rapport à l’Afrique et aux Africains. De nos affects comme de l’abject de l’histoire coloniale de mon pays.

Belgolianisme

Nous nous voulions colonie modèle, la ligne claire de l’exemple civilisateur. Je suis mon oncle Dédé, et plein d’autres anciens du Congo. Nous lisons des vestiges urbanistiques et décryptons l’appel de l’Afrique des colonialistes partout, jusque dans la BD belge. Point de bascule mémoriel, le nouveau siècle demande un débat pour enfin réécrire l’histoire de la domination blanche en Afrique, 60 ans après la fin de la vaste colonie belge. Ce premier volet raconte la façon dont les Belges furent colonialistes.

La Congolitude des Belges

De quelle manière avons-nous été des coloniaux ? Combien de familles ont joui du formidable ascenseur social des carrières outre-mer ? Quelles traces de la ségrégation des noirs aux 50’s ? Quel recul prennent ces personnes impliquées soixante ans après ? Nos témoins racontent ce qui leur manque, ce que les Belges n’auront plus jamais après l’arrachement de 50-70. Des anciens du Congo nous parlent de leur destin grandiose ; avec divers chercheurs, nous enregistrons la contemporanéité de l’orgueil colonial qu’on célèbre encore dans certains milieux. Des chercheurs et citoyens espèrent une relecture fondamentale et nuancée de la mémoire coloniale.

Rire au musée

Revisite amusée de l’ancien showroom du colonialisme léopoldien et belge, lieu captivant de passions surannées. Nos témoins nostalgiques ou réformateurs apportent une critique documentée de la “restructuration” muséale des années 2010. Dans les couloirs se chamaillent chercheurs et vieil establishment, sous l’œil d’une nouvelle génération d’activistes décoloniaux. Rions des méprises de ce patrimoine propagandiste, décelons le récit muséal qui portait pendant 100 ans le mépris et la domination violente des Noirs. Une double reconnaissance, des crimes coloniaux structurels et des élans humanistes de certains individus, est-elle possible ? Cherchons à dire une mémoire plus juste.
Pourra-t-on rire de "nous" en scrutant ce musée du colonialisme des Belges ?

Projet de création radiophonique soutenu par le FACR de la Communauté Française Wallonie Bruxelles.
Synopsis et projets documentaires actuellement réservés Copyright Liévin CHEMIN

Copyright

Répondre à cet article